Actualités

22 Déc 2015

Matinale RSE

décembre 22, 2015Entreprise, RSE

14 convives, représentants d’entreprises et de structures locales de l’Emploi et de l’Economie étaient présents pour aborder la thématique : « Echec et de réussite : transformer l’échec en tremplin, accepter sa propre réussite et celle de ses collègues au travail ».

DSC_7883

Les échanges étaient encadrés par l’intervention de l’association COHESION INTERNATIONAL.


 

Sujets traités

– Quelles alternatives à la gratification financière de ses collaborateurs ?

– Le bien-être au travail : évolution des attentes des salariés vers une vision hédoniste.

– Perception de l’échec et de la réussite : une question de moment et de point de vue.

– Le(s) environnement(s) favorable(s) à la qualité de vie au travail.

– Le bien-être au travail : un enjeu individuel, social et sociétal.


 

Echanges autour de cas concrets

– Nouvelle fracture sociale 90’s: centre de recherche Renault, choc des suicides chez France Télécom.

– Rapport à l’échec : divergence de culture dans les pays nordiques où la solution par la non-réussite et l’apprentissage est privilégiée (autrement diton apprend de ses erreurs).

– Changement de la relation salarié/entreprise : schéma donnant- donnant, la valeur d’attachement s’efface. Le travail n’est plus un environ sécurisé dans lequel on s’investit, c’est un lieu de consommation.

– « Parler la réussite », une étude a montré que les équipes ayant un discours où l’échec est banni sont plus performantes que les autres (6 formulations positives pour 1 négative)

– Quel rapport au bonheur ? Exemple mis en débat du PIB du bonheur au Boutan.

– L’attractivité à l’embauche : selon une étude, une personne aurait deux fois plus de chance d’être recrutée si elle a une lecture positive de son parcours et de ses échecs lors de l’entretien.

– Qualité de vie au travail : les nouvelles générations sont en quête de sens, de sérénité personnelle, naissance de la psychologie du bonheur.


 

Questions abordées

–  Comment aborder ce sujet quand certains salariés ne peuvent subvenir, dans un premier temps, à leurs besoins primaires ?

– Le management ne doit-il pas différer en fonction des personnalités ? Le manager s’adaptant alors à son interlocuteur (management « positif » ou « négatif »).


 

Conclusion : 

Cohésion International conclut cette matinée. Les points d’attention soulevés sont repris.

Un des enjeux est de conduire une refonte de l’organisation, des processus. Un travail d’assimilation et de maîtrise des concepts et des outils doit être fait sur le long terme, de manière régulière (1h par semaine).

Enfin, la posture ne suffit pas. Il faut établir un portage clair et des indicateurs de mesures, des objectifs et des finalités afin de mesurer la richesse (et le bonheur) créée !

Contact intervenant :                                                      unnamed

 

 

Logo RSE officiel

L'Europe s'engage